Apprendre à aimer son travail

Coucou tout le monde! Aujourd’hui je reviens avec un article un peu à contre courant de ce qu’on lit partout. Ce qui fait vendre du rêve en ce moment dans les magazines ou sur les réseaux, ce sont les métiers où l’on est sur plein de projets à la fois, où on est voyage partout, où on a des responsabilités tout en gérant sa famille et sa vie sociale. On fait plein de choses en même temps, toutes plus géniales et passionnantes les unes que les autres et du coup, toi à côté, ton taf semble bien tout pourri. Pourtant, moi je revendique haut et fort le droit d’avoir un job « ordinaire » et en plus, de l’assumer.

aimer-et-assumer-son-boulot-woodybeauty

Aucun travail n’est parfait

Alors je vous arrête tout de suite, j’admire beaucoup les femmes ou les hommes qui ont des parcours atypiques, qui ont monté leur propre boîte par exemple et qui s’éclatent dedans. Evidemment que ça me fait rêver, j’admire leur ténacité, le chemin parcouru et les embûches qu’ils ont su surmonter. Parce que oui, ce qu’on a tendance à oublier c’est qu’ils en ont chié avant d’en arriver là. Et qu’ils ne se tournent pas les pouces maintenant qu’ils ont « réussi ».

Je suis assistante commerciale dans une petite entreprise. Je suis vouée à évoluer en son sein ce qui est cool, j’ai des perspectives exaltantes qui m’attendent. Ce qui est chouette aussi avec les petites boîtes c’est qu’on touche à tout, il faut être polyvalent. Mais on ne va pas se mentir, il y a aussi des tâches moins passionnantes que d’autres. Répondre à un client chiant, traiter des centaines de factures, relancer quelqu’un pour défaut de paiement… Mais c’est juste la réalité, dans toute entreprise et tout métier, il y a des assignations moins passionnantes. Et donc moins sexy, moins vendeur.


Et malgré ça, j’aime mon job. Même si quand on me demande ce que je fais dans la vie, je sais bien que le mot assistante ne fait pas rêver. Combien de fois ai-je entendu dans une conversation (pas au boulot je vous rassure ^^) « ça c’est un boulot de secrétaire » sous entendu, je vaux mieux que ça, j’ai pas de temps à perdre avec cette corvée tâche.

Mais vous savez ce qui est essentiel? C’est de se sentir bien au travail. Bien sûr que j’aimerai gagner plus de sous. Bien sûr que la réussite et les voyages de Mathilde Lacombe (la fondatrice de Birchbox et de ce super livre) par exemple font rêver. Bien sûr que j’admire la créativité et le parcours de Lisa Gachet (Make my Lemonade). Mais pas plus tard qu’il y a quelques jours, cette dernière elle même disait qu’elle n’avait rien à montrer sur Instagram parce qu’elle était dans sa compta. Et oui, tout le monde se tape des trucs pas cools à faire au boulot. Alors oui certaines de mes tâches sont considérées aux yeux de la société comme ingrates, n’ayons pas peur des mots. On dénigre les postes de secrétaire, d’infirmières ou tout ce qui est considéré comme poste à moindre responsabilité. Mais je m’en fiche, c’est mon job et je le fais. Et bien en plus.

 

Ne plus se comparer aux autres

Et puis l’essentiel n’est pas là. Je m’épanouis dans mon entreprise, même en faisant des trucs relous. Ne nous voilons plus la face, aucun travail n’est parfait. Il peut être extrêmement chronophage, il peut être peu rémunérateur, il est peut être éreintant. Mais je me dis quoi de pire que de s’ennuyer au boulot? Que de s’y sentir mal? Que de se rendre malade à l’idée d’y aller? On passe quand même une majorité de notre vie au travail et c’est quand même la base que d’ y être bien. Alors oui, votre boulot n’est peut-être pas aussi palpitant que celui du voisin, mais si on commençait par arrêter de se comparer aux autres.
Au contraire, il faut rêver ! C’est notre moteur, c’est ce qui va nous pousser à aller plus loin et à se lancer dans une idée folle. Comme je vous le disais, certaines réussites m’inspirent et elles me poussent à voir plus grand. Autant être envieux sera négatif et un frein, autant puiser dans le parcours de femmes et d’hommes « à succès » est un véritable moteur.

Même si aux yeux de la société votre boulot est moins bien perçu, vous êtes heureux. N’oubliez pas ça. N’oubliez pas qu’on ne voit que la partie visible de l’iceberg, tout n’est pas rose, même dans les jobs qui nous font rêver. Alors oui, mon taf n’est pas toujours passionnant mais je l’aime. Assumons d’avoir des boulots imparfaits et que ça nous plaise quand même!

Et vous, vous aimez votre boulot? Est-ce que vous l’assumez?

You may also like

2 comments

  • Cet article fait un bien fou.
    Alors pour ma part je suis assistante administrative ( donc toi et moi on est dans la même branche), je ne suis pas particulièrement heureuse à mon travail ( je suis pas dans une boîte bien précise, je navigue entre différentes contrats ) mais je ne regrette absolument pas d'avoir choisi cette voie.
    Je voulais un emploi avec des horaires stables, devant un bureau et le côté polyvalent me plait beaucoup. Comme tu l'as si bien précisé certains boulots vendent plus du "rêve" mais ça veut pas dire aussi que ça pourrait correspondre à ma personnalité ou mes envies.
    Et on a toute notre vie privée pour se faire plaisir différemment après tout !

    • Merci beaucoup pour ton message, ça me fait vraiment plaisir! Je suis complètement d'accord avec toi. On peut s'épanouir au travail même s'il ne fait pas rêver et effectivement on peut aussi s'épanouir ailleurs qu'au travail. Après c'est vrai que moi je pense qu'il est quand même vital de se sentir bien au taf mais pas besoin d'être star ou businesswoman reconnue pour ça, les jobs plus "lambdas" rendent heureux aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.