Opération bonheur: mes clés pour devenir plus heureuse au quotidien

Coucou tout le monde! Je l’ai évoqué dans un article précédent, depuis que j’ai lu le livre Opération Bonheur de Gretchen Rubin, ma vie a changé (ou presque). Pourquoi? Comment? Je vous raconte tout ça!

 

Opération bonheur: le livre

Tout a commencé quand Daphné du blog Mode&the City a écrit un article sur sa passion pour le développement personnel. Elle y racontait comment sa vie a évolué, sur le plan moral, physique et psychique. Et sa première lecture a été Opération Bonheur, un livre accessible à tous et qui permet de mettre en pratique immédiatement.

Opération Bonheur le livre de développement personnel à lire

En fait Gretchen Rubin, écrivaine américaine a fait le constat un jour qu’elle était certes satisfaite de sa vie mais qu’elle pouvait être plus heureuse. Non pas en changement tout, en déménagent au bout du monde ou en changeant de travail. Non, tout simplement en améliorant des choses du quotidien, qui mises bout à bout, nuisent à son bonheur. Répéter 15 fois à son gosse de mettre ses chaussures pour aller à l’école, demander à son mari de vider le lave-vaisselle, chercher ses clés dans toute la maison, ne pas réussir à fermer son jean d’avant grossesse…certains de ces exemples vous parlent forcément.

Chacun peut améliorer et augmenter son bonheur sans pour autant tout chambouler. Pour certains, ce sera peut-être la solution mais pour la majorité, il suffit juste de prendre le taureau « quotidien » par les cornes pour y arriver. Et savouver les petits plaisirs de la vie.

 

Mon opération bonheur: ce qui me rend heureuse ou non

Je vous conseille vraiment de lire ce bouquin, il est concret et se lit d’une traite. Rubin nous raconte comment dans son quotidien, elle a pris sur elle pour stopper de vieilles et mauvaises habitudes, mis en place des tactiques etc… dans le but de mener a bien son opération bonheur. Cela peu paraître être un but égoïste, rechercher son propre bonheur. Pourtant vouloir être plus heureuse rendra les gens autour de vous plus heureux également. Parce que si vous êtes stressée, énervée, débordée, culpabilisée, l’ambiance à la maison s’en ressent immanquablement.

Avant de se lancer, l’auteure conseille d’abord de se poser et de réfléchir à plusieurs questions. Et les réponses à celles-ci ne sont pas forcément si évidentes que l’on pourrait le penser, j’y ai réfléchi plusieurs soirs.

La première question: quand est-ce que je me sens bien? Quelles activités m’amusent, me stimulent et m’apportent du plaisir?

On pourrait penser que c’est une question à la con mais beaucoup de gens renient ce qu’ils aiment ou surtout se forcent à faire des trucs pour rentrer dans un groupe ou pour coller au modèle de la société. Quel que soit l’âge, il n’est pas toujours aisé d’accepter d’être une personne casanière plutôt qu’une fétarde qui voyage à travers le monde par exemple. Etre casanier donne une image de soi mémérisante, faire du tricot au coin du feu n’a pas une image fun. Mais j’ai envie de dire, et alors? Si c’est ce qui vous rend heureux, pourquoi s’en priver? Pour qui?

Comment être plus heureux au quotidien?

Voilà ce que j’ai répondu à cette question :
– j’adore chiner en vide-grenier et chez Emmaüs
– j’aime cette sensation quand je fais de bonnes affaires
– je suis toujours heureuse de voir mes amies
– je me sens vivre quand par exemple je vais boire des verres l’après-midi ou le soir, quand je me fais un restaurant ou ciné
– même sensation quand je sors en famille, pour une visite ou une simple promenade
– mon kiffe c’est les séries
– mon blog m’apporte beaucoup, j’aime être lue, j’aime partager, j’aime les rencontres que j’ai faites grâce à lui
– j’ai besoin de voyager, cela me manque
– j’aime recevoir des gens chez moi

 

La question suivante est logique: quand est-ce que je me sens mal? Qu’est-ce qui m’irrite? Me met en colère, m’ennuie, me fruste, m’angoisse?

Voilà mes réponses:
– je suis stressée le matin 5 minutes avant le départ: Tristan met tes chaussuuuuures, Maëlle ne touche pas à çaaaa
– je me sens triste quand je ne sors pas du week-end, j’ai besoin de prendre l’air
– je n’aime pas quand mon mec fait la sieste le dimanche et que je gère les deux gosses qui se chamaillent
– Instagram me rend parfois envieuse notamment en ce qui concerne les voyages ou les maisons
– je perds patience et je crie quand Tristan n’obéit pas et qu’il me teste
– Maëlle a énormément besoin de présence mais cela me stresse quand j’ai des trucs impératifs à faire genre le ménage
– je me sens parfois oppressée parce que le temps libre rien que pour moi est très rare

Le fait d’écrire noir sur blanc aide à y voir plus clair, on prend le temps de se poser et de réfléchir à ce qui nous rend heureux ou non. Mais ce n’est que le début, trois autres questions suivent avant de définir les buts à travailler pour atteindre l’objectif: être plus heureuse. Mois par mois, vous allez définir des priorités et travailler dessus. J’ai d’ailleurs commencé et mon premier mois de mon opération bonheur est consacré à l’énergie. Le sommeil, la forme physique mais aussi morale, un sacré programme dont je vous parlerai dans le prochain article.

Que pensez-vous de ce type d’articles? Mon opération bonheur vous intéresse? Est-ce que vous avez envie de vous lancer dans l’aventure?

You may also like

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.